III. L'acide Phosphorique :

Composition

     L'acide phosphorique est un acide d'origine minérale, produit à partir du phosphore qui lui a donné son nom. C'est un composé chimique de formule H3PO4. A temperature ambiante, l'acide phosphorique est un solide blanc et cristallin de densité 1.83, qui fond à 42.35°C. C'est alors suite a cette fusion un liquide incolore, clair et inodore. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, et un contact prolongé peut entrainer des rougeurs ou même des brulures cutanées : c'est donc un produit extrêmement dangereux et corrosif, à manipuler avec précaution.                

               File:Hazard C.svg         File:Phosphoric-acid-2D-dimensions.png

 

 

     L'acide phosphorique est utilisé dans le milieu industriel, notamment pour fabriquer des engrais chimiques et la fertigation. On trouve également de l'acide phosphorique dans certains produits alimentaires, en particulier dans les sodas dont il régule le pH comme pour le « Coca-Cola ». Mais il est souvent utilisé aussi en solution dans des produits utilisés en mécanique pour dérouiller les pièces métalliques. Sa présence doit être indiquée par la nomenclature « E338 » sur l'emballage du produit. L'acide phosphorique, incorporé au taux de 0.05% confère malgré tout au Coca un pH de 2,5. En comparaison, le citron possède un pH de 2,3.

 

     L’acide phosphorique est utilisé dans le Coca-Cola pour deux raisons :

- Aux débuts de Coca-Cola, l'entreprise pouvait compter sur cet acide car il était très facile de se le procurer et était bon marché

- De plus, il est utilisé comme agent acidifiant ce qui donne a la boisson ce gout acide caractéristique et son coté rafraichissant.                                      

Mais à dose importante et associé à d’autres éléments chimiques, l’acide phosphorique peut se révéler nocif pour la santé et avoir des conséquences sur celle-ci.

 

Effets sur l'organisme

Grâce a des études sur les ingrédients du Coca, on sait que 1L de boisson contient environ 5g d'acide phosphorique. Cette quantité présenterait des risques à différents point de vue.

Au niveau dentaire

  La forte teneur en sucre du Cola-Cola offre un mélange sucre-acide particulièrement favorable au développement de la carie dentaire. Il faut également savoir qu’il est utilisé par les dentistes comme « ciment dentaire », essentiellement pour boucher des cavités. Ce qui expliquerait que l’on grince facilement des dents après avoir bu du Coca-Cola. De plus, cet acide phosphorique attaque l'émail dentaire provoquant des érosions plus ou moins conséquentes. 

Au niveau rénal

  Une étude menée par des chercheurs américains sur 500 personnes qui souffraient d’insuffisance rénale et après observation de leur régime alimentaire a établi qu’à partir de deux canettes de Coca-Cola par jour, le risque d’insuffisance rénale sur un individu est multiplié par deux. En revanche, aucune association n’a été trouvée avec les autres sodas concurrents qui utilisent essentiellement de l’acide citrique, l'acide naturel présent dans le citron. Cela renforce encore la suspicion à l’encontre de l’acide phosphorique.
On remarque également que la consommation de Coca-Cola en grande quantité favorise la formation de calculs rénaux* dans l’organisme. Mais il faudrait boire environ 2L par jour pour arriver a des cas extrêmes comme celui-ci.

calculs-renaux.jpg

Au niveau osseux

   L'acide phosphorique est accusé de fragilisé les os et d'être la cause d’ostéoporose, une maladie des os qui réduit la densité et la masse de l'os. Une étude réalisée par des spécialistes de la Harvard School of Public Health de Boston en 1994 a étudié les habitudes alimentaires et sportives de 76 filles et 51 garçons, et membre d’une équipe de natation ou recrutés dans les salles d’attente des cabinets médicaux. La consommation moyenne de Coca-Cola était de l’ordre d'une canette par jour pour les garçons et de deux verres pour les filles. Environ 40% de ces jeunes avaient déjà subi une fracture. Il apparaît que chez les féminines, la consommation régulière de coca multipliait par 3,6 le risque de fracture ! L’analyse révélait que la caféine n’était pas en cause, pas plus que le sucre et qu'il fût light ou non ne change rien.
Les chercheurs ont alors émis l'hypothèse que les sodas apportaient un excès d'acide phosphorique et déréglaient l'équilibre calcium/phosphore. L’excédent de phosphore entraine la diminution de l’absorption de calcium, menant à une fragilité osseuse.

 osteoporose.jpg

Os normal                    Os fragilisé et poreux

 

En définitive, l’acide phosphorique est un composant dangereux du Coca-Cola mais il n’a toutefois des effets qu’à très forte dose. Les personnes atteintes de maladies osseuses ou victimes de fractures doivent cependant diminuer leur consommation de manière a éviter les complications. Si la consommation du soda reste raisonnable chez une personne saine, il n’y a pas lieu de s’inquiéter vis-à-vis de l’acide.

×